الامير هشام: هل تكون الأنظمة الملكية الهدف المقبل للربيع العربي؟

31 décembre 2012 0 h 04 min 4 comments

كنا قد نشرنا على موقع ممفاكينش ملخصا باللغة الفرنسية للمقال الصادر عن إبن عم الملك بجريدة لوموند ديبلوماتيك حول الأنظمة الملكية و تحليله للوضعية السياسية بالمنطقة بمنطق الرابح و الخاسر. تجدون في ما يلي مقتطفات لملخص جريدة القدس العربي لنفس مقال الأمير هشام العلوي.
وينطلق الأمير المعروف بلقب ‘الأمير الأحمر’ بسبب انتقاداته للأنظمة الملكية من أطروحة أن الربيع العربي – الأمازيغي هو مسلسل سياسي مستمر زمنيا وليس محدودا، وهذه الاستمرارية هي التي ستجعله يغير الكثير من المفاهيم السياسية ويحدث تغييرات لم تكن مرتقبة لأن الفاعلين هذه المرة منبثقين من الشعب وليس من هياكل سياسية متواجدة سابقا وذات مصالح.
[...]

ويؤكد أن الحركات الإسلامية خرجت منتصرة لأنها كانت مهيكلة، لكن اعتمادها الخطاب الديني لا يعني أن الشعوب منحتها الضوء الأخضر بل هي مطالبة بتقديم نتائج ملموسة تعمل على تحسين مستوى عيش هذه الشعوب.
[...]

ورغم عدم سقوط أي نظام ملكي في العالم العربي، فالأمير العارف بخبايا هذه الأنظمة الملكية وينتمي إليها يعتبرها ضمن فريق الخاسرين خاصة على ضوء ما ينتظرها مستقبلا.
وفي تفسيره لهذه الأطروحة، يؤكد الأمير صحة الأفكار التي ترى أن الأنظمة الملكية لديها جذور سياسية وثقافية في المجتمعات التي تحكم فيها خاصة تلك الملكيات التي واجهت وتزعمت محاربة الاستعمار. لكنه يعتقد أن ما يسمى بالشرعية التاريخية لم تعد تصمد أمام ارتفاع المطالب والخطابات السياسية الجديدة التي تجعل الديمقراطية مصدر كل شرعية في السلطة.
ويستعرض بعض هذه الأنظمة وعلى رأسها البحرين التي يرى أن احتواء الربيع العربي فيها مؤقت يتم عبر تواجد قوات درع الجزيرة التابع لمجلس الخليج العربي. وينتقل الى المملكة المغربية التي يديرها ابن عمه، الملك محمد السادس، ويبرز دور التظاهرات الكبرى التي دفعت الملكية الى مراجعة الدستور نحو إصلاحات يصفها بالمحدودة والتي عملت على تهدئة نسبية للأوضاع ‘لكن غياب إصلاحات عميقة ينذر بغد متوتر’ [...]

ويؤكد الأمير أن الأنظمة الملكية من خلال عدم المبادرة بإصلاح سياسي حقيقي، تعمل على تبذير فرصة ذهبية للتأقلم مع مطالب شعوبها وتسير نحو مستقبل من الصراعات وغياب الاستقرار قد يكون مفاجئا للبعض منها، وذلك في إشارة الى سقوط بعضها دون أن يفصح عن ذلك مباشرة. [...]
حسين مجدوبي
لقراءة المقال كاملا : القدس العربي

4 Comments

  • Les intrus Chorafas, à l´instar du Zar polonais au sein du palais de Moscou!

    Les monarchies arabes n´ont pas combattu le colonialisme! Ils ont sollicité sa présence afin d´exploiter les richesses du monde arabe en échange de garantir la présence de leurs trônes, toujours sous les ailes de la Grande Bretagne, la France et les Etats-Unis. Pire encore, les secrets de ces roitelets qui ont bénéficié de l´aide sioniste (Farouk, Al Saoude, Abdellah en Jordanie et Fayçal entre la Syrie et l´Irak), en échange de céder toute la Palestine aux immigrés juifs du monde entier, sous les lumières du Printemps arabe, ces secrets ne font que se révéler!

    Après la destruction de l´Irak, et maintenant que certains intellectuels ont eu la capacité d´établir au moins l´origine de »Noor Al Maliki«, remontant à la tribu des »béni Qoreida«, voyant donc comment les alaouites ont-ils manœuvré, jusqu´á se déclarer Chorafas et imposer leur trop cruelle autorité sur tout le Maroc:

    Vassaux de l´Empire romain, dans leur début, les Baquates (béni Tarif) occupèrent Tinghit et s´associèrent aux Macenites sous le nom de Mauris (maures).

    Selon certaines inscriptions découvertes à Volubilis et connues sous la dénomination »Autels de Paix«, se référant à leur prince en Tingitanie, ces inscriptions furent dédiées aux dieux – déesses et à l´Empereur de Rome, lorsque un des fils du prince Baquate fut l´hôte le plus préféré de l´Empire. Toutefois se trouvant à la commande d´une importante fédération de tribus berbères, ses Mentors interprétèrent cette stratégie comme grave menace à leurs intérêts en Tingitanie. En réponse à cette méfiance et en accord avec les Macénites, la colonie fut pillée et vers 285, Volubilis passa sous l´ entière autonomie des rusés Baquates! Pour s´assurer de leurs routes et approvisionnement venant de la Mauritanie tingitane et césarienne, sous »Dioclétien«, Rome fit une autre alliance avec ses anciens vassaux! Il a fallu attendre la fin du prestige du Colosseum et la chute des byzantins, pour que la tribu des Baquates puisse refaire surface, profitant de tous les différends entre Moutalizilites, Kharijites, Chiites et Sunnites au Maschrek et au Maghreb Idrissides. En conflit à cause des impôts imposés aux »Dhémmis«, c´est »Tarife Al Madghari«, né à Barbat et se surnommant selon cette région de Cadix en Espagne qui avait organisé la révolte contre l´administration du Khalife à Damas (Hicham Ibn Abd Al Malek), assassinant le gouverneur de Tanger et celui de Sousse. Vers l´an 742, c´est le gouverneur d´Egypte qui avait réussi à vaincre »Maysara« aux environs d´Al Asnam en Algérie, évitant la marche de ses troupes sur Al Kairawane, où ce révolté baquate avait-il vu ses premiers jours.

    À l´origine de cette défaite, profitant du régime Idrisside qui fut dans la mire des Abbassides, pour développer leur propagande religieuse et faire face au reste des musulmans andalous et maghrébins, leur prophète Ibn Tarif se replia vers des tribus entre Safi et Sijilmassa, massacrant plusieurs parmi elles afin d´instaurer son hégémonie et profiter de tout le commerce caravanier (l´or de l´Empire de Ghana) et consolider son judaïsme sur une zone encore vierge, païenne et bien sensible à du nouveau. L´orthodoxie Morabite et leur dernière défaite, les ont convaincus à disparaître, en attente de renaitre profitant de Kenza dont les fils et petits fils n´avaient fait que se confronter, chacun et son petit royaume entre Fès, Taza, Tlemcen, (Fès), Salé, Tanger et Cordoue. Les Almorabites qui ont mis fin au règne des Baquates à cause de leur faux livre, à leur tour, ils ont été chassés par les Almoahhades relevés par Béni Marine, puis de nouveaux, les Jouti et leur Chef des Chorafa de Fès (1465 – 1472), les fainéants Wattassides, et en fin les Saadiens, eux aussi surgis aux vastes sables et dans l´obscurité du tout calciné Sahara!

    En conclusion

    Sachant qu´»Ali Chérif« est originaire de Tafilalt, après tout ce temps écoulé entre 789 et 1664, marquant l´alternance de nombreuses dynasties des frères ennemis, leurs conflits n´ont-ils pas favorisé le retour des anciens Baquates sous la couverture des supposés “petits gendres„ du vrai prophète de l´Islam? – Perdus »béni Menashé«, sans l´avis du doué Emile Félix Gautier et les historiens d´origine arabes (Al Bakri, Ibn Khaldoune, Jean Léon de Médicis), n´ayant pas réussi à déterminer l´origine des Gétules, des Zénètes, des Garamantes, ni celui d´Ibn Tarif; – l´analphabétisme et l´ignorance imposés aux marocains, ils prouvent l´origine de tous ces prétendus infaillibles chorafas entourés d´escrocs Toujjars et de nombreux Conseillers, les plus roublards.

    Houcine__

  • Après le départ des baquates vers le sud du Maroc!

    »Saleh Ibn Tarife« a-t-il voulu faire revivre le judaïsme au Maroc, heureusement les siens furent chassés vers le sud du Maroc, et les Fatimides en conflit avec les Omeyyades et les Idrissides, lorsque ces derniers avaient aussi fini par être déroutés, perdant Fès et allant créer la Taifa des béni Hammoudes en Espagne.

    Pourquoi donc les baquates avaient-ils choisi leur ruée vers Sijilmassa?

    La principauté – dynastie des Medrarides, dans son début (758), elle fut fondée par le Kharijisme avant de se soumettre l´an 883 au Sunnisme des Abbassides. Dans leur politique, les Medrarides tentèrent à maintenir une alliance avec les Rostémides de Tahert, établissant un important commerce caravanier avec le royaume du Ghana qui fut maître de tous les gisements aurifères de l’Afrique de l’Ouest.

    Sijilmassa atteint son apogée au IXe siècle, grâce à son rôle de plaque tournante du trafic des métaux précieux. Sa renommée put s’étendre jusqu’aux pays méditerranéens et au Moyen-Orient. Cette position à l´égard de l’or africain, elle excita les convoitises des Omeyyades et des Fatimides, à la fois s’affrontant et en quête d´établir leur domination sur cette région saharienne. En fin, vers l´an 1055 les Almorabites furent les plus indiqués à s´emparer des vaincus Midrarides, et Marrakech éclipsa tout l´ancien prestige de Sijilmassa.

    Qui furent ces Al Morabites?

    Issus des tribus Sanhadjas, Lamtounas et Guzzalas qui nomadisaient entre l’Adrar mauritanien et Tafilalet, ils furent structurés au sein d’un puissant mouvement religieux, sous leur fameux prédicateur »Abdellah Ibn Yassine«. Parmi leurs grandes œuvres, fut instauré l’islam Sunnite, de rite Malékite dans tout l’Occident musulman. Ce rite leur accorda le nom »Morabitine«. Victorieux dans leur guerre contre les royaumes de Tekrour et Ghana, ils s’emparèrent de ce dernier, de sa capitale »Aoudaghost« et de tout l’or de la région, remontant les pistes caravanières vers Tafilalet et mettant fin à l´apogée de Sijilmassa.

    La guerre éclata entre eux et les Zénètes, voyant les béni Ifrène et Maghraouas perdre tous leurs pouvoirs. C’ est »Youssef Ibn Taschfine« qui a fondé Marrakech et fait disparaître toutes les doctrines suspectées hérétiques, comme le chiisme dans la région de Sousse et les baquates de Tamesna (actuelle Doukkala-Abda, Chaouia-Ouardigha, Tadla). Toutefois, le Sunnisme fut imposé à l´instar des écoles de Médine et d´Al Kairouan. Cette unification religieuse, elle se doubla aussi d’une unification politique. L´Empire des Almorabites, dans ses conquêtes, il inclut le Maghreb central jusqu´aux limites avec les béni Hammades.

    En 1086, Youssef Ibn Taschfine qui fut appelé par les princes des corrompus Taïfas, ses puissantes armées composées de Sanhajis et d´Africains issus de Bilad as-Soudane, elles parvinrent à briser l’offensive d´Alphonse VI à la bataille de Sagrajas et elles mirent fin au règne des roitelets arabes, exilant Al Motamide Ibn Abbade et celui de Grenade (Abdallah Ibn Bologhine) à Aghmat. Ainsi vers 1090, Youssef Ibn Taschafine arriva à unifier l´Andalousie à toute l´Afrique du Nord et au Sahara. Malheureusement, il ne parvint pas à récupérer Tolède, qui fut déjà en mains des Castillans.

    Nommé Amir des Musulmans, régnant sur un Empire s´étendant entre le Sénégal, l´Atlantic, Alger et les Pyrénées, Ibn Taschafine refusa celui de Khalife, à son avis réservé aux Abbassides qui furent des redoutables ennemis des béni Omayya et des Idrissides!

    Houcine__

  • Les stratégies des Baquates, leurs alliances et l´assassinat d´Ibn Yassine!

    Les »baquates« furent des habitants voisinant les comptoirs carthaginois. Avec l´arrivée de ´Islam, ils firent alliance avec les Kharijites qui s´opposèrent à l´aristocratie des Koraïchites, aux Fatimides et béni Omeyya en Espagne.

    Se trouvant face à deux forces (une chiite et l´autre sunnite), pendant 3 siècles, ils imposèrent leur existence, jusqu’ à occuper Tanger, se positionnant face au géant pouvoir de Cordoue et remportant même une première victoire l´an 740, à la bataille de Nobles. Jouissant de ce résultat, de leur alliance avec les Kharijites et de leur relation diplomatique ayant même »Saleh Azemmour« comme Ambassadeur à Cordoue, leur leader »Saleh Ibn Tarife« se déclara prophète, enseignant une doctrine semi judéo chrétienne! Devenus idéologiquement hérétiques aux yeux des Fatimides et des Omayyas, ils furent contraints de se replier loin au sud du Maroc (Tamesna), voisinant la tribu des Masmodas. Toutefois et vu que les berbères de béni Ifrane furent des allies des béni Omeyya, et le règne des baquates qui avait duré presque 3 siècle (744 – 1085), banou Omayya et leurs alliés banou Ifrane l´avaient pris en tenaille.

    À cette poursuite venue du Nord et se trouvant au bord de l´Atlantic, entre Salé et Safi, dû à l´assassinat »d´Ibn Yassine« qui fut un réputé leader sunnite, les Almorabites mirent fin à l´hérésie baquate, allant franchir le détroit de Jabal Tarek et corriger le cours de l´histoire. Quant aux Fatimides, c´est en Egypte où purent-ils consolider leur nouveau pouvoir.

    Ce sont ces circonstances et les durables conflits qui ont permis aux ancêtres de Moulay Hicham de se cacher, s´enrichir, voir disparaître les dynasties de nombreuses tribus berbères, surtout celle qui avait gagné la bataille des trois rois, et sortir de Tafilate sous la propagande de descendants d´un autre vrai prophète, colonisant tout le Maroc, dont l´ensemble de ses populations sont toujours entre le marteau et l´enclume des plus cruels des brigands baquates.

    Houcine__

  • Comment Israel et ses vassaux saoudiens veulent-ils abolir l´Islam en Egypte de Mohammed Abdo?

    http://www.spiegel.de/politik/ausland/husni-mubarak-soll-bald-aus-dem-tora-gefaengnis-in-kairo-freikommen-a-917346.html

    M´bark est déjà libre, et Benali et la coiffeuse, bientot seraient-ils couronnés roi et reine en Tunisie!

    Samya

Leave a Reply