Hercule contre Hermes – Acte 2

26 novembre 2012 20 h 19 min 0 comments

Un riche investisseur français continue de persécuter une famille de paysans à Sidi Mghait, un village proche d’Asilah.

Le documentaire « Hercule contre Hermes » diffusé le 14 Octobre sur la chaîne 2M relate 10 ans de litige juridique entre la famille El Mektiri et un héritier de la marque Hermes qui a achète parcelle après parcelle de terrain pour construire un terrain de polo sur la plage de Sidi Mghait.

La famille de Mohammed El Mektiri (surnommé Hercule) continue de subir les foudres d’Hermès qui semble souffler la pluie et le beau temps sur Assilah.

Le père d’Hercule, maillon faible de la famille El Mektiri, ainsi que le réalisateur et le producteur du documentaire sont convoqués ce lundi 26 Novembre pour diffamation. Après la mère qui a passé 2 mois en prison et le fils qui a passé 6 mois, il semblerait que le tour du père soit arrivé.

Rappelons l’essentiel de cette affaire : « Le voisin, Hermès, de son vrai nom Patrick Guerrand-Hermès, héritier d’une des plus célèbres familles du luxe français, a entrepris de racheter les terrains alentour. Mais Hercule résiste. Hercule contre Hermès, l’auteur des douze travaux contre le dieu du commerce… La famille modeste qui tient tête au riche héritier étranger. » [1]

Hermes a intenté et perdu un procès en Septembre dernier pour saisir le film avant sa diffusion sur 2M.

Patrick Guerrand Hermes saccage le littoral sous les yeux des agents du domaine maritime, il menace des familles entières, et fait emprisonner une mère de famille avec l’assentiment des autorités locales.

Pour donner une illustration de l’emprise qu’a Hermès sur ce coin du Maroc, une des personnes présentes lors du tournage du documentaire nous raconte une petite anecdote :

« Lors d’une scène qu’il fallait tourner sur la plage de Sidi Mghait, le réalisateur présente le permis de tournage aux militaires. On voit à ce moment-là ces derniers emmener le permis aux gardes d’Hermes.

20 minutes plus tard, tout en sachant que la plage est très difficile d’accès, on voit le moqadem, le caid et compagnie débarquer.»

Et pour illustrer la main mise d’Hermès sur les terres, notre contact continu:

« On dirait qu’il contrôle l’électricité de la région, il coupe le son de la mosquée mitoyenne quand le bruit du mouazine le dérange. »

Hermes exploite le sable de la région illégalement comme le rappelle le Directeur des eaux et forêts : « captation des sources d’eaux en laissant ses voisins sans eau, en tout impunité »[3]

Comment expliquer que malgré toutes les révélations du documentaire Hermès n’ait l’ombre d’un procès ou d’une convocation ? Comment expliquer ces fonctionnaires qui obéissent aux doigts et à l’œil aux demandes d’Hermes ? Comment expliquer que la famille El Mektiri subit ce qu’elle subit sans aucune solidarité ? Serions-nous toujours colonisés ?

Patrick Guerrand est un français octogénaire venu profiter des largesses de ce pays. Rabat ne le protège pas et pourrait même déplorer les pratiques douteuses qu’il emploie.

Ces agissements d’une autre ère auraient provoqué sous d’autres cieux colère et indignation, solidarité et actions…

Il suffirait pourtant de lui rappeler que le colonialisme français a été chassé en 1956…

Il faut absolument répondre à toutes ces questions et il faut aussi soutenir la famille El Mektiri dans son combat !

 

[1] Hercule Contre Hermes, Isabelle Mandraud, Le Monde, Mardi 5 juillet 2011

[2] [3] http://www.nytimes.com/2012/11/15/world/middleeast/a-clash-over-a-piece-of-moroccan-tranquillity.html

 

Le collectif Mamfakinch

Leave a Reply