L’affaire Hindi Zahra : une tempête dans un verre d’eau et plus si affinités.

16 décembre 2011 10 h 36 min 7 comments

Face au refus de Hindi Zahra d’annuler son concert à Tel Aviv, malgré les recommandations de BDS, par la voie d’une tribune et par téléphone, un groupe de militants, sans étiquette, décide d’organiser le boycott de ses concerts, organisés par Maroc Cultures (tiens, encore du Majidi), au Mégarama de Casablanca et à Rabat. Cet appel au boycott se manifeste sur les réseaux sociaux et par l’organisation d’une manifestation devant le Mégarama, le soir du concert.

(Par Abdullah Abaakil)

Il suffira de la publication de cette information sur la page officielle du Mouvement du 20 février, coordination de Casablanca, pour que se déclenche une véritable tempête médiatique. Des supports tels que Akhbar al Yaoum, Hespress et un certain nombre de blogs relayent la nouvelle : « le Mouvement du 20 février manifeste contre le concert de Hindi Zahra ». Certains intervenants sur des réseaux sociaux réagissent avec vigueur contre cette « insupportable atteinte à la liberté de l’artiste », de « l’immixtion intolérable de ce mouvement dans une cause d’arrière-garde », voire, pour certains, de la preuve irréfutable qui leur est donnée que ce mouvement est profondément anti-démocratique ».

 Le traitement médiatique de cette affaire appelle quelques questions. Sur le post visible sur la page officielle de la coordination de Casablanca, supprimé hier soir (et oui, le M20 sait écouter aussi), est-il fait mention d’un appel à manifester du Mouvement du 20 février ? La réponse est non. Si le Mouvement avait l’intention de prendre cette manifestation à son compte, n’aurait-il pas pensé à reporter son Assemblée générale régulière, prévue le même jour à la même heure, afin de mobiliser tous ses militants ? La réponse est oui, or, il ne l’a pas fait. Lors de cette manifestation, a-t-on vu des banderoles ou drapeaux du M20 ? Non plus.

Dans ce cas, pour quelle raison le Mouvement du 20 février a-t-il été accusé d’avoir été le promoteur de cette opération ? Un journalisme « pressé » qui fait d’une information publiée sur une page Facebook une position officielle, sans la lire attentivement ni la recouper avec des déclarations de militants du Mouvement ? Il faut reconnaître que cette affaire, si elle n’avait pas été mise en relation avec le M20 n’aurait certainement eu que peu d’écho, comme toute la campagne qui a précédé cette manifestation, superbement ignorée par les médias. Comme l’a souligné un ami cher, une polémique impliquant le M20, le sionisme, ou l’amazighité, c’est une garantie de succès sur ces sujets où tout le monde a un avis, alors les trois ensemble, ajouté à la liberté de l’artiste, c’est un festival garanti. Y ajouter le Raja et le Wydad, mais pour cela il aurait fallu que Hindi Zahra se produise à la mi-temps du derby casablancais, et vous êtes proche de l’affaire éditoriale du siècle.

Or, ce constat, pour flatteur qu’il soit pour un militant du M20 appelle une autre question, bien plus grave : au sein des élites de notre pays, la cause palestinienne aurait-elle besoin d’être estampillée M20 pour se « vendre » dans notre pays ?

Passons sur les délires qu’a pu provoquer cette affaire sur certains militants amazighs les plus extrémistes (Dieu merci, ils ne représentent pas seuls cette cause si cruciale pour notre identité nationale), qui dégainent facilement le qualificatif de « panarabiste islamo-fasciste » quand on se prend à critiquer la décision de la starlette qui défend la culture amazighe, en chantant le plus souvent en anglais (sic).

Non, le plus inquiétant, à mon sens, sont ces indécrottables « modernistes démocrates », qui vous reprochent un archaïsme passéiste, limite fascisant, pour avoir mentionné la possibilité de ne pas acheter ses disques, et ne pas payer sa place pour le concert d’une jeune femme (un crime), artiste de son état (double peine), pour une futilité telle que de violer le boycott sur Israël. Après tout, la formidable démocratie israélienne garantit bien l’égalité des sexes, et celle des artistes, dans les restrictions sur la libre circulation des Palestiniennes et des Palestiniens des Territoires occupés. Il faut dire aussi, qu’entre deux largages stressants de bombes (certainement programmées pour éviter soigneusement les jeunes femmes artistes de Gaza), il faut bien offrir un moment de détente et un message de paix entre les peuples, aux soldats en permission à Tel-Aviv, et tant pis pour Ramallah, dont les habitants sont bien moins soumis au stress, et surtout bien incapables de remplir les poches de l’artiste (saleté de pauvres).

Je tiens à m’excuser ici, auprès de ces « démocrates », pour avoir osé émettre l’hypothèse qu’informer les spectateurs de la position de Hindi Zahra, et sa réponse à BDS, au sujet de l’oppression subie par les Palestiniens (en résumé : « I don’t give a shit ! » puisqu’elle préfère l’anglais), avant d’acheter leur billet, pourrait ne pas être, au final, si pendable, ne serait-ce qu’au titre du droit à l’information. A ma décharge, je reste un has-been, qui s’est éveillé à la politique en larmes devant les images du massacre de Sabra et Chatila, suivis de larmes, d’émotion cette fois, quand le boycott imposé à l’Afrique du Sud a enfin mis fin au régime d’Apartheid, et qui a cru, naïvement, des Israéliens et Palestiniens antisionistes qu’il a rencontré, sur terrain neutre, idiot que je suis, lors du Forum Social Mondial de 2005, et qui l’ont convaincu que le boycott pourrait être une bonne idée.

Je promets de faire repentance an passant en boucle les CD de Hindi Zahra, achetés au Morocco Mall, malgré une certaine répugnance pour la World-pop, de débourser les 200 DH nécessaires à l’accès à son prochain concert organisé chez nous par Majidi, sans me poser de questions sur l’intérêt de celui-ci pour cette chanteuse, afin de ne plus être le rabat-joie que je suis et rejoindre le monde des gentils.

Abdullah Abaakil

note de la rédaction à mamfakinch:

quelques liens parmi tant d’autres pour en savoir plus sur la campagne Boycott Désinvestissement Sanctions:

Au Maroc http://www.bdsmaroc.org/

En France: http://www.bdsfrance.org/

En angleterre http://www.bigcampaign.org/

[Podcast] Norman Finkelstein on the relevance of the boycott campaign  with Professor Jonathan Rosenhead, chair of the British Committee for the Universities of Palestine (BRICUP) http://bricup.org.uk/podcasts/NF%2BJR-11-11-11_afternoon.mp3

En Suisse: http://www.bds-info.ch/fr/ (Déclaration d’artistes Suisses: http://www.bds-info.ch/fr/campagnes/declaration-des-artistes-en-suisse)

Hareetz: Israeli activists urge international artists to boycott Eilat music festival  http://www.haaretz.com/print-edition/news/israeli-activists-urge-international-artists-to-boycott-eilat-music-festival-1.343451

[Blog] Jews for Boycotting Israel http://jews4big.wordpress.com/

Rappel pour les amnésiques: Une des chansons(Artists United Against Apartheid – Sun City) d’artistes boycottant l’afrique du sud de l’apartheid:Image de prévisualisation YouTube

7 Comments

  • Beaucoup trop de populisme. J’en vomis. Et je m’en vais pleine de regrets chercher ailleurs qui, au nom du bon sens, m’expliquera la finalité de cette action contre Hindi Zahra.

  • Helas vous râter l’essentiel dans votre reaction.

    La reaction de ceux et celles que vous appelez des « extremistes » est une réaction contre l’abus des symboles Swatsika des Nazis dans les rues de Casablanca juste près de votre bureau. Même si vous n’y êtes officielement pour rien, un mouvement digne de ce nom doit être très clair et prendre ses distances rien que pour le respet des victimes du nazisme qui se comptent par les millions à travers le monde, et pas que les Juifs. Ils tombent encore au moment d’écrire ces mots, rien que parmis les rangs de nos immigrés à l’etranger. Mais ca ne semble pas occuper grande place dans vos actions!

    Vous ne cachez pas votre admiration non plus pour le côté obscur de ce boycot contre Israel. Le boycot est libre. La comparaison entre cet etat avec l’Allemagne des Nazis est par contre très douteux. C’est pas plus honnête que la comparaison entre islam et Al Qaeda. Une exageration qui vous mene vers le ridicule. Et la credibilité de votre mouvement à la chute. Vous n’avez aucune idee de ce qui s’est passé en Allemagne entre 1933 et 1945 ou en Afrique du Sud pendant 300 ans pour prendre le mot aparhteid dans votre bouche.

    Dommage que vous taxez d’extremistes ceux et celles qui s’opposent a vos positions ideologiques sur ce sujet. Vous les discreditez car ils osent exposer l’extremisme arabe dans la rue marocaine. Je dis bien arabe car pas un seul pays du monde en dehors du Moyen Orient met la litterature et le symbolique des Nazis parmi ses top 10 des livres les plus vendus et obliogatoire a l’école.

    Exploiter la visite d’un artiste marocaine a Israel – oui elle chante en Anglais car son audiance est très divers – pour étaler sa haine contre ce pays, ne resoudra pas le probleme des palestiniens. Reproduire l’extremisme arabe du Moyen Orient chez nous, dans la rue pour intimider les gens, ne va pas marcher non plus.

    J’espere que vous allez vous ratrapper et prendre enfin du temps pour des problemes serieux du peuple marocain, beaucoup plus proche qu’Israel ou l’Afrique du Sud.

    Un immigré marocain!

  • Moi, ce qui me dérange c’est plutôt le tarif élitiste pour accéder à son spectacle: 300 dirhams à Casa, 200 dirhams à Rabat. Ce prix du billet me semble vraiment excessif! Pour ce genre de musique, il me semble plus judicieux de programmer le spectacle dans un grand stade de foot et de fixer le montant de l’entrée à vingt dirhams, histoire de ratisser large…et de toucher les jeunes!
    Je n’irai donc pas voir son spectacle!
    Bonne fin de semaine!

  • Une vraie autocritique aurait été la bienvenue mais l’auteur de la bévue en est encore à confondre deux nobles causes que sont celles du M20F et de BDS dans le sens où le support de la première « peut » informer des actions à venir de la seconde. Des vrais supports d’information s’en occupent déjà et il n’y a pas lieu
    de pourvoir les services en cartouches se retournant contre le M20F…

  • je suis completement d’accord avec l’auteur de cet article je respectait Nezha un jour mais depuis sont participation en israel j’ai compris qu’elle n’est pas du tout humanitaire

  • Que pensez vous du chanteur Abderrahim Souiri qui avait chanté en Israel sans que personne ne réagisse et des rencontres spéciales entre arabes et israéliens ;et Brahim Fassi Fihri quand il avait invité une grande personnalité Politique d’Israel mais là personne ne bouge comme par hasard sauf contre une chanteuse amazighe qui juste pour chanter loin des magouilles politiques. Mais quand allez vous mûrir et penser plus au problèmes de votre pays et conseiller les palestiniens de ne pas s’entretuer entre eux d’abord …

Leave a Reply