Le Mouvement du 20 février : nouveau logiciel d’action/réflexion et ouverture du champ des possibles.

19 février 2013 20 h 23 min 4 comments

Avant d’aborder l’expérience de la coordination du 20FEV Casablanca nous voudrions tout d’abord présenter notre parti-pris en ce qui concerne les oppositions au régime makhzénien [1] : le logiciel de la majorité des organisations politiques – islamistes ou de gauche – opposées au régime est apparu comme inadapté aux perspectives offertes par les nouvelles formes de résistance et de créativité portées aussi bien par les activistes non encartées que par les jeunes de ces organisations.

Nous pouvons dire que les responsables des « oppositions traditionnelles » rentraient, jusqu’à la veille du lancement du mouvement du 20 février, dans le jeu de « la segmentarité » [2] et de la division qui accorde à la monarchie la possibilité d’arbitrage entre fractions opposées (réformistes Vs radicaux ou encore laïcs Vs islamistes). Le mouvement du 20 février a montré que plusieurs acteurs, ne partageant pas nécessairement le même point de vue sur toutes les questions, peuvent se retrouver pour militer ensemble à partir de revendications sur lesquelles ils sont d’accord tout en entamant des débats et controverses sur les thématiques de divergence [3]. Il faudrait tout de même préciser ici que les rapprochements politiques (front populaire ou démocratique, alliance électorale ou de lutte, rassemblement de gauche, convention entre laïcs et islamistes, etc.) sont cimentés et offrent des alternatives stratégiques pertinentes lorsqu’ils sont associés à une dynamique réelle, de lutte et de confrontation avec le terrain.

De leur côté, plusieurs intellectuels et artistes qui ne travaillent pas directement à la légitimation de « la façade démocratique » du régime et qui gardent leurs convictions de « démocrate-critique » ont adopté pendant plusieurs années une stratégie de « distance » vis-à-vis du « prince ». Cette stratégie leur permet de rester, individuellement intègre, en échappant à la proximité de la cour qui gratifie la loyauté et banni tout projet réellement démocratique sans même parler des réprobations aléatoires qui dépendent de l’humeur du « prince » et de ses proches. Le renferment de l’intellectuel ou de l’artiste dans son champ de spécialisation lui donne une certaine marge de liberté mais évite toute confrontation avec le régime et reporte sine die son éventuelle participation à la construction d’une « émancipation collective ». Certains membres de cette élite culturelle n’ont commencé à sérieusement prendre position de manière publique sur les questions de démocratie, de liberté, de dignité et de justice sociale qu’à partir du déclenchement du mouvement 20 février [4]. Mais beaucoup d’autres restent indécis par peur des sanctions du régime ou d’une possible récupération du pouvoir par des forces obscurantistes. Là aussi le logiciel de ces élites risque d’être rapidement dépassé par les formes d’expression artistiques et culturelles des jeunesses (à l’image du Festival de la Résistance et des Alternatives) ou des réflexions pointues publiées sur les différents sites et blogs (lakomemamfakinchhespress par exemple).

La dynamique sociale, populaire et créative n’attendra personne. Elle va, d’un côté, pousser les générations précédentes de militants et d’intellectuels à changer de logiciel au risque de se retrouver à la marge de la construction d’alternatives au régime actuel. D’un autre côté, cette dynamique va engendrer de nouvelles formes de luttes et de coordination d’actions qui vont rompre avec les vieilles formes de réflexion, de mobilisation, de réunion et de prise de parole. Les nouvelles technologies ont déjà révolutionné notre mode de délibération et de communication et la nouvelle génération grandit et affute ses armes militantes et réflexives dans un contexte favorable à l’émancipation vis-à-vis des formes sclérosées des différentes traditions conservatrices. Les groupes Salafis (que ceux-ci soient islamistes ou se déclarant comme progressistes) ne passionne plus les citoyen-ne-s. Il s’agit aujourd’hui de construire collectivement un projet émancipateur pour une société de dignité, de liberté et de justice sociale.

L’intérêt de l’analyse de l’évolution de la coordination du 20 février de Casablanca est de saisir les dynamiques qui ont permis à ce mouvement de rompre avec les logiques de contestation qui ont prévalu jusqu’en 2011 dans la scène militante marocaine. Cela rend également possible l’évaluation des logiques de blocage qui ont eu des répercussions négatives sur l’évolution du 20FEV. Sans avoir la prétention de donner une explication de l’émergence et du recul du mouvement du 20 février de Casablanca l’article de Mounia Bennani-Chraïbi et Mohamed Jeghllaly [5] apporte un retour réflexif sur une expérience concrète de lutte. Cet article offre à ceux qui n’ont pas directement participé au mouvement la possibilité de comprendre le déroulement des Assemblées Générales (réunions publiques délibératives du mouvement), l’organisation logistique des manifestations ou encore le choix des slogans. Mais cette contribution peut aussi mettre en évidence certaines raisons qui conduisent à la dispersion des efforts et au recul de la dynamique contestataire. Les activistes pourront donc se saisir de cette réflexion pour essayer de dépasser ces contraintes dans leur pratique militante.

La question centrale des auteurs est de voir « comment un champ d’alliance et d’opposition se configure-t-il en lien avec des événements extérieurs puis se reconfigure-t-il tout long de la dynamique protestataire ? » Ils essaient d’abord d’y répondre en faisant le récit de la genèse du 20Fev en insistant sur les discussions sur facebook, les premiers sit-in de solidarité avec les soulèvements dans la région et les premières rencontres qui ont préparé « la sortie » le jour du 20 février 2011. Les auteurs vont ensuite accorder une importance à la configuration inédite qui se dessine dans la scène politique marocaine lorsque des acteurs associatifs, des artistes ainsi que des organisations de gauche non gouvernementale (AnnahjPSUPADSCNI) et des islamistes (Al Adl Wal Ihssane) rejoignent, avec leurs militants et leurs jeunesses respectives, les revendications soulevées par la jeunesse active sur internet. Et d’expliquer concrètement cette jonction entre gauche et islamistes par :

Étant donné le caractère fortement centralisé et hiérarchisé d’Al Adl, la participation de sa jeunesse au M20 est décidée en haut lieu. Et ce n’est qu’à la suite de la publicisation de cette décision, le 16 février, que les pionniers du milieu de gauche à Casablanca établissent le contact avec les responsables de la jeunesse d’Al Adl à l’échelle locale. Cependant, le profil de ceux qui assurent concrètement la connexion n’est pas anodin. En lien avec leur idéologie, leurs expériences passées et leurs dispositions personnelles, deux trotskystes d’ATTAC-CADTM Casablanca jouent un rôle prééminent dans la jonction et dans tout le travail qui suivra pour la maintenir. Après avoir milité au sein de groupuscules estudiantins, ils s’investissent dans les dynamiques protestataires que connaît Casablanca au cours des dernières années. D’après eux, révolutionner la société nécessite l’évitement du conflit avec les autres forces sociales et politiques. Adeptes du slogan « marcher séparément et frapper ensemble ».

L’une des principales caractéristiques de la coordination de Casablanca est de concilier la diversité des acteurs en établissant des règles de non mise en valeur de leurs organisations ou revendications spécifiques tout en évitant l’hégémonie d’un groupe au sein du mouvement. L’un des enjeux des participants au mouvement était de maintenir l’ouverture de la coordination aux sympathisants et aux curieux tout en encourageant la créativité dans les formes de lutte et d’expression.

Les auteurs expliquent qu’à partir du mois de mars alors que le mouvement est à son apogée, des conflits internes apparaissent lorsqu’un « collectif des indépendants du mouvement du 20 février » prend forme et accuse les organisations politiques de coordination préalable à travers la constitution d’un « noyau dur » (sorte de rencontres informelles entre membres des organisations politiques présentes dans le mouvement pour décider des initiatives à défendre ou pas en Assemblée Générale). Plusieurs membres du 20fév Casablanca n’hésitent pas à qualifier ce groupe « indépendants » de « baltagis de l’intérieur » et à rentrer en conflit avec eux tout en étant en confrontation ouverte avec le régime marocain qui, pour sa part, n’hésite plus à réprimer après le discours du 9 mars.

A partir de cette situation conflictuelle aussi bien en interne qu’en externe Bennani-Chraibi et Jeghllaly proposent une piste pour comprendre l’affaiblissement du mouvement à Casablanca :

Selon notre hypothèse, les batailles menées par le M20-Casablanca contre le Makhzen officiel et le « Makhzen intérieur », de même que les réorientations imaginées pour compenser les défections contribuent peu à peu à modifier les équilibres initiaux au sein de la coalition, à consolider la position des plus dotés en capitaux militants et, à moyen terme, à attiser les feux de la discorde.

La répression subie, la peur d’un ennemi intérieur et le souci de réussir les mobilisations (la grande marche du 20 mars ou les manifestations dans les quartiers populaires durant l’été 2011) poussent les militants « organisés » dans des structures partisanes à renforcer leur concertation. Cette situation permet aux militants d’Al Adl, plus disciplinés [6] et organisés que les autres, de gérer les aspects logistiques lors des grandes manifestations alors que les 20 févriéristes « non organisés » ou qui sont proches du camp démocrate et des forces de gauche se sentent dépossédés puisque les « adlistes » semblent contrôler le déroulement des manifs. En réalité, mis à part certains militants d’ATTAC, les organisations de gauche ont délégué ce travail de fourmis plus « par paresse » que par conviction. Nous voudrions souligner que, paradoxalement, la sortie d’Al Adl [7], en décembre 2011 du mouvement 20Fev, a permis l’émergence de jeunes démocrates ou de militants au sein de la gauche qui ont assumé l’organisation de manifestations du 20Fev et ont accumulé un expertise logistique importante. Pour finir, nous pouvons dire que le mouvement du 20 février a ouvert une brèche et permet aujourd’hui l’émergence ou le renforcement de différentes contestations non seulement démocratiques (20Fev), sociales (UESCE, diplômés chômeurs, manifs contre la vie chère) ou syndicales (différents mouvements de grèves dans plusieurs secteurs) mais également artistiques et culturelles (productions cinématographiques underground, deux éditions du Festival de la résistance et des alternatives). D’ailleurs, un responsable des forces de sécurité, interviewé par les auteurs de l’article, résume très bien l’ouverture du champ des possibles : « Plus jamais ce ne sera pareil, les citoyens n’ont plus le même rapport à l’autorité ».

Vidéos de Mounia Bennani-Chraibi expliquant l’émergence du mouvement du 20 février :

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Pour lire tout l’article « La dynamique protestataire du Mouvement du 20 février à Casablanca. » de Mounia Bennani-Chraïbi et Mohamed Jeghllaly : ICI

P.S : nous espérons que cet article suscitera un débat et des réponses de la part les lecteurs de Mamfakinch et des différents participants et/ou observateurs du mouvement 20 février. Nous nous basons ici principalement sur nos expériences personnelles ainsi que sur l’article qui analyse la coordination du 20 février Casablanca. Cette dernière ne représente pas la diversité des situations des différentes coordinations des villes et villages marocains. Nous espérons donc que des auteurs pourront apporter un éclairage sur diverses d’autres expériences : Taza, Agadir, Safi, l’axe Imzouren-Aith Bouayach-Bouikidarn, Kenitra, etc.
Par : Le collectif Mamfakinch.

 

[1] Nous pouvons plus précisément définir ce régime comme un « Etat néo-patrimonial ». Ce concept est mobilisé aussi bien par un anthropologue tel que Abdellah Hammoudi ou un économiste comme le défun Driss Benali.

[2] Ce concept est mobilisé dans les travaux d’anthropologues anglo-saxons notamment John Watterbury et Ernest Gellner.

[3] Nous pouvons toruver un exemple de ces débats dans la conférence organisée en 2011 entre les organisations politiques faisant partie du mouvement (Annahj, Al Adl, PSU, PADS, Al mounadil-a).

[4] Il existe bien sûr des exceptions d’intellectuels ou d’artistes qui se sont toujours rebellés contre le régime.

[5] Cet article a été publié dans la Revue française de science politique, 2012/5 -Vol. 62.

[6] Les auteurs de l’article soulignent que cette discipline a également permis de « canaliser le mouvement et d’une certaine manière à le « modérer » » pour qu’il n’y ait pas de débordement de la rue lors des manifestations.

[7] S’agissant de la défection de l’organisation islamistes, les auteurs précisent que « par-delà le communiqué officiel, les entretiens réalisés montrent plutôt que les responsables d’Al Adl ont le sentiment que leurs « sacrifices » ont bénéficié au PJD et que le peuple n’est pas encore « mûr » ».

4 Comments

  • Si dans la première phrase de votre billet, vous plantez déjà le décor en affichant « VOTRE PARTI PRIS », comment voulez-vous que l’on don crédit à votre démonstration.

    Dommage, mais le stalinisme n’est pas encore mort chez les gauchistes de ce pays!

    Et censurez ce commentaire : ce sera tout à fait dans la logique de votre parti pris!

  • Il faudrait viser le sommet de la Pyramide et finir abolissant cette monarchie alaouite – esclavagiste!

    Sans reconnaitre l´importance des enfants (garçons et filles) des vrais citoyens qui ont défié Hassan le long de ses années de plomb, à l´époque où tout fut en sa faveur (peuple très ignorant et trop affamé), aucun Mouvement au Maroc n´aura une force démocratique à l´instar de celle des égyptiens et des tunisiens dont le niveau culturel est bien supérieur à celui des nôtres.

    En accord et ces défis toujours animés par l´esprit du Printemps arabe, malgré toutes les difficultés imposées par les profiteurs qui ne veulent voir qu´une nation arabe déchirée, misérable et trop chiffonnée, le triomphe démocratique des tunisien(ne)s et des égyptien(ne)s, sera très déterminant pour le Maroc et d´autres pays partageant ce même caractère arabo musulman. Toutefois et puisque le régime a employé toutes ses ruses (constitution coloniale et gouvernement serviteur du roi), toutes les forces démocratiques au Maroc des diplômés chômeurs, elles doivent répondre massivement en s´attaquant aux symboles (abolition de la monarchie alaouite!) – Autrement, les plus intéressés en France et en Israël, ils auront leur temps de manœuvrer inventant d´autres stratagèmes qui pourraient donner un bon souffle au roi prédateur et garantir la survie de sa primitive monarchie et de ses corrompus lâches clans et fidèles collaborateurs.

    Notre espoir reste conditionné par l´effort des vrais gauchistes et surtout d´»Al Adle et Al Ihssane« dont les membres (Hommes et Dames) ont fait preuve d´une grande force sociale et d´une haute discipline face aux sauvages »3abides Al Boukhari« qui ne penseront jamais les maltraiter à l´instar de nos Vingt Févriéristes, chaque fois arrêtés et publiquement fouettés!

    Les Vingt Févriéristes ne pourront reprendre leurs marches qu´à l´étranger (Paris – Bruxelles) et »parmi nos braves 3adlistes« à Rabat, Casa, Fès, Taza, Nador Al Hosseima, Tétouan, Tanger, Laaraiche, Kenitra, Marrakech, Agadir, Ifni, Tarfaya, Ouarzazate, Oujda, Béni Mellal, Meknès, Séfrou, Assafi, Essaouira et Laayoune en extrême Sud marocain.

    Au moins, bonne chance aux braves tunisiens et à tous nos frères égyptiens.

    http://www.youtube.com/watch?v=fxUkvujsqKs

    À bas la monarchie des brigands alaouites, vive la République!

    Samya bnt Al Houcine

  • Deux references clefs manquent dans cette analyse: pourquoi le mouvement a Tanger etait netttement plus for ET pourquoi le mouvement du 20 fevrier a accepte l’idee des reformes octroyees d’en haut alors que le Maroc etait dans cette logique depuis 1975 et ca n’a rein donne! Trop d’analyse parfois fait oublier le point essentiel: le 20 fevrier n’a pas pu couper avec la culture politique dominante des reformes a la douce qui n’ont rien donne. Si les militants ne se rendent pas compte de ca, ils vont tourner en rond avec des cliches academiques.

  • Mhamed EL Yagoubi

    Bien que l’article soit articulé sur la coordination de Casablanca et son expérience dans la gestion des boucles de régulation du Mvmnt du 20 février, l’identification et la gestion de ces boucles surtout deux qui s’entrechoquaient juste pendant les premières semaines du lancement du mouvement : Boucle conservatrice du sens, qui ne s’affranchissait pas de l’existant préalable et la boucle créatrice du sens qui s’identifie dans le champ du possible, voire des possible. C’est une forme d’évaluation et d’auto-évaluation qui a présidé dans l’esprit des acteurs qui ont plus ou moins réussi à faire tourner la deuxième boucle, ce qui est déjà une réussite dans les processus de la marche vers des objectifs identifiés en vue d’atteindre un but : Une société construite à la base des quatre principes : Dignité – Démocratie réelle – Libertés individuelles et collectives – Justice sociale. Le M.20. Février pourrait être défini en tant que carrefour des forces antisystémiques.

    France

Leave a Reply